Olivier Lété

Saison 2018/2019
Avec le soutient du Conseil départemental de Seine-Saint-Denis
Compositeur et improvisateur, l’éclectique Olivier Lété sillonne les genres où il développe une conception singulière de la basse électrique, affirmant et affinant sa différence par son attachement au son et à l’audace musicale.

Biographie
Le jeune bassiste de jazz Olivier Lété est très apprécié, notamment pour sa facilité à composer et ses influences multiples. Musicien ouvert à de nombreuses collaborations, il a notamment travaillé avec Benjamin Moussay et Claude Whipple. Il officie au sein de groupes de jazz, mais cet artiste complet travaille aussi sur des projets plus éclectiques, comme la pièce En campagne (Jocelyn Bonnerave, mise en scène de Christian Gangneron) ou des collaborations avec la Compagnie Inouïe, de Thierry Balasse.  Ses groupes varient du quartet de jazz (-Ion) au quatuor a? cordes (Sixteen), en passant par la chanson franc?aise instrumentale en trio (Le Maigre Feu de la Nonne en Hiver), ou le solo (Tuning). Il enseigne aussi au sein du Conservatoire à Rayonnement Départemental de Pantin.

La résidence

    • Trio Ostrakinda

L’Ostrakinda est un jeu de hasard de la Grèce antique, ancêtre de pile ou face représentant le jour et la nuit. Jouer, c’est jouer à être quelqu’un d’autre, plonger dans une autre réalité aux instructions singulières. Partant d’annotations ou de brouillons, Olivier Lété, Aymeric Avice et Toma Gouband élaborent des lignes de chant changeantes. Des consignes simples bouleversent les attributs des instruments qui s’entendent ainsi détournés ou augmentés.
En abattant leurs cartes ils dévoilent un univers musical singulier qui attache une importance toute particulière aux résonances et à leurs espaces. S’inspirant des œuvres répétitives de John Cage comme des mélodies épurées de Neil Young, le trio joue une partie imprévisible, où finalement on enfreint toujours un peu les règles.

Le hasard occupe une place importante dans son travail de musicien, de compositeur, et dans sa  perception de l’improvisation. Ses différentes formations proposent souvent une musique dont l’architecture et le rendu laissent une part d’imprévisible.

Dans Ostrakinda, les instruments sont détournés de leur rôles habituels, bousculant les codes pour tenter de faire entendre l’inédit. Aymeric Avice et Toma Gouband jouent tous les deux des instruments acoustiques : la trompette pour l’un et les percussions et les lithophones pour l’autre. Ce qui le séduit dans leur pratique c’est qu’ils sont tous les deux à la recherche permanente de nouvelles sonorités, passant aussi par l’adaptation de leurs outils.

Olivier Lété (basse électrique), Aymeric Avice (trompette) et Toma Gouband (percussions) détournent leurs instruments, à tour de rôle, et composent loin des formes du jazz écrit.

Production déléguée Banlieues Bleues
Coproduction Nantes Jazz Action / Pannonica
Avec le soutien du CNV

Calendrier :

  • 4 jours de répétition, 3 musiciens
  • Concert de création le lundi 09 septembre dans le cadre de Jazz à La villette / Under The Radar  à la Dynamo de Banlieues Bleues
  • Le trio était également au cœur du concert participatif présenté dans le cadre de la 36ème édition du festival Banlieues Bleues à Clichy-sous-Bois le 17 avril 2019 :

Orchestré (ma non troppo) par le bassiste Olivier Lété et son trio Ostrakinda, une création collaborative maousse ” Au commencement toujours la forêt OSTRAKINDA & LA TRIBU ÉPHÉMÈRE ” qui passe par les écoles et les sous-bois de Clichy.

Promenons-nous dans Clichy-sous-Bois, pendant que la musique y est : avec de la vidéo, des objets, des histoires et des instruments fabriqués (guitares  monocordes amplifiées, pierres et branches sonnantes), une mystérieuse tribu éphémère de plus de soixante-dix membres se joint au trio à tête chercheuse Ostrakinda, pour une création unique en son genre, mi-fresque musicale panoramique, mi- conte documentaire poétique.  Une nouvelle super-production  de Banlieues Bleues, avec pour territoire imaginaire la forêt – et la ville, et pour musique une véritable sculpture sonore, qui pourrait s’être inspirée de Neil Young et de John Cage, mais avec une amplitude encore augmentée. 

Aymeric Avice trompette, Olivier Lété basse électrique, Toma Gouband percussions, Aloyse Leledy création visuelle
Avec la participation des adultes de l’Asti, des jeunes du centre social intercommunal de la Dhyus, des élèves de la Segpa du Collège Louise Michel, de l’école Paul Vaillant-Couturier 1, des élèves de la CHAAP du Collège Robert Doisneau et des élèves du Collège Robespierre d’Épinay-sur-Seine

Avec le soutien du CNV (Centre national de la chanson, des variétés et du jazz)
Avec la contribution de Princia Itoua, artiste associé aux ateliers Médicis

 

  • ION &  Géraldine Laurent 

Olivier Lété (basse électrique), Aymeric Avice (trompette), Philippe Lemoine (saxophone) et Samuel Silvant (batterie) invitent Géraldine Laurent (saxophone) à créer des expériences nouvelles avec les codes et l’audace du jazz libre des années 60 et 70.S’inspirant des grands albums du jazz libre des années 60 et 70 (Extrapolation de John Mac Laughing, Expression de John Coltrane, Inventions and Dimensions d’ Herbie Hancock…), Aymeric Avice, Olivier Lété, Philippe Lemoine et Samuel Silvant inventent avec ardeur une musique construite avec les codes, l’audace et les structures du jazz. A travers des improvisations solistes et collectives, le lyrisme exacerbé de chacun de ces musiciens peut ainsi s’exprimer avec toute l’intensité du jazz libertaire.Inviter Géraldine Laurent à rejoindre le quartet est une évidence pour le groupe, tant son parcours raconte l’histoire du jazz et de ses métamorphoses permanentes, celle d’artistes préférant toujours les expériences nouvelles et la prise de risque aux modes et à l’approbation générale.

  • Calendrier :
  • 2 jours de répétition, 5 musiciens
  • projet créé le 28 Mai 2019  à la Dynamo de Banlieues Bleues

 

Diffusion

Olivier Lété et Vincent Fortemps

Olivier Lété a réalisé la musique de son solo TUNING en imaginant une sorte de road trip étrange et inquiétant, où le bitume et l’espace se délitent pour se recréer ailleurs, transformés. Peut-être que la basse électrique et ses sons graves provoquent ces déformations, comme si l’on observait la route et ses horizons à travers une bouteille.

En rencontrant le graphiste et dessinateur belge Vincent Fortemps et ses métaphores de paysages, fabriqués dans l’instant, sonores et mouvants, Olivier Lété a eu l’impression d’entrevoir ces fragments d’images dont il rêve parfois en jouant. Ce concert leur permettra de repartir sur cette route imaginaire, redécouvrir ses lignes de fuite, pour la partager cette fois ci ensemble.

Calendrier :

  • Vendredi 9 novembre 2018 à la Dynamo de Banlieues Bleues


Actions Musicales :

« Chœurs de guitares »

Le projet “Chœur de guitares” est inspiré par une première expérience menée par Olivier Lété en 2018 auprès d’une classe de CP de l’école élémentaire Edouard Vaillant à Pantin.

Fort de la réussite artistique et pédagogique du projet et de son impact sur la communauté éducative de l’école ainsi que sur le public lors du concert final présenté en juin dernier à La Dynamo, Banlieues Bleues et le musicien souhaitent continuer à développer ce travail en l’élargissant à d’autres publics et de lui donner une dimension nettement plus importante.