JOELLE LEANDRE & PASCAL CONTET
France

Duo de virtuoses en musique de chambre émancipée pour oreilles aventureuses et baladeuses.

18 ans après leur premier duo sur disque, la fraicheur est intacte. La contrebassiste et l’accordéoniste posent leurs bagages (études classiques, fréquentations des meilleurs jazzmen et compositeurs de musique contemporaine ) pour confronter leur pratique approfondie et magistrale de l’improvisation.  Voilà justement deux très grands improvisateurs et briseurs de frontières : Joëlle Léandre a joué aux côtés d’Anthony Braxton, d’Evan Parker, George Lewis ou Fred Frith, mais aussi interprèté Cage, Scelsi ou Feldman, tandis que Pascal Contet couvre un spectre allant des formes populaires comme le musette et la chanson française, jusqu’à l’avant-garde avec Boulez, Vinko Globokar ou Jean-Pierre Drouet… Deux virtuoses immenses, qui se retrouvent en toute intimité spontanée, pour une musique sans frontières et sans filets. 

Joëlle Léandre est en résidence à La Dynamo de Banlieues Bleues avec le soutien du Département de la Seine-Saint-Denis.

Joëlle Leandre contrebasse, Pascal Contet accordéon

AMARCO TRIO
France

Ces illustres manieurs d’archets ont créé un trio purement acoustique pour aller voir ce qu’il y a après le jazz. 

Réuni à l’initiative de Claude Tchamitchian en 2006  lors de sa résidence à La Dynamo, ce trio avait expérimenté une formule « total acoustique » et « total improvisé ». Cette dimension magique d’un orchestre constamment aléatoire, jubilatoire et sans tabous, tenait d’abord à la personnalité des protagonistes : Vincent Courtois, partenaire de Louis Sclavis, Rabih Abou Khalil, Ellery Eskelin, Sylvie Courvoisier ou Marylin Crispell, Guillaume Roy, fondateur du quatuor IXl et explorateur chevronné de la relation de l’écrit à l’improvisé, et Claude Tchamitchian, très présent sur la scène européenne, comme leader de ses orchestres Lousadzak ou comme sideman d’Andy Emler, Dave Liebman, Joe McPhee, Eric Watson, Herb Robertson… Depuis, les concerts et l’enregistrement du trio Amarco ont démontré que l’idée était riche. Un pur bonnheur !

Guillaume Roy alto, Vincent Courtois violoncelle, Claude Tchamitchian contrebasse