GANAVYA + AMIRTHA KIDAMBI’S ELDER ONES
GANAVYA
États-Unis Inédit

« Sa voix est comme un épais souvenir, une fumée aussi sombre que de l’encre qui sort tout juste du feu », «étourdissante, » « extraordinaire, obsédante ». Les superlatifs ont fleuri dans la presse américaine au sujet de la chanteuse et multi-instrumentiste Ganavya, et ce n’est sans doute qu’un début. Elevée en Inde du Sud où elle a appris l’art du bharatanatyam, du chant, de l’harmonium et des rituels des pèlerinages, elle a complété sa formation à New York dans une approche multidisciplinaire visionnaire, autour d’un pivot central : la spiritualité. « Je chante pour vous rappeler votre capacité à transformer ce monde ». Sa voix, à la profondeur émotionnelle surnaturelle, a été remarquée par Wayne Shorter, Esperanza Spalding, le metteur en scène Peter Sellars et le guru du jazz britannique Shabaka Hutchings, qui l’a signée sur son label Native Rebel Recordings. Après une apparition surprise à Londres lors de l’unique concert de l’énigmatique collectif Sault, c’est également en solo que Ganavya s’apprête à envoûter Banlieues Bleues.

Ganavya : voix

GANAVYA + AMIRTHA KIDAMBI’S ELDER ONES
AMIRTHA KIDAMBI’S ELDER ONES
États-Unis Inédit

«This is a protest band ! ». Amirtha Kidambi vous prévient, les Elder Ones, son formidable groupe, s’inscrivent dans la lignée de la fière histoire du jazz protestataire. À l’été 2020, lors des manifestations de masse suite au meurtre de George Floyd, ils organisaient des concerts sauvages dans les rues de New York pour contrer la violence de la police. New Monuments, leur troisième album, convoque à « la démolition des vieux monuments coloniaux et racistes et des vestiges du pouvoir, afin d’en construire de nouveaux », et invoque les manifestations contre les réformes agricoles en Inde, le mouvement iranien pour les droits des femmes et l’appel à la libération de la Palestine. Un activisme qui sert de catalyseur à leur musique galvanisante, mêlant free jazz expressionniste, éclats punk rock et méditations modales, Amitha Kidambi accompagnant ses déclarations psalmodiées sur un harmonium bourdonnant. Un sublime cri collectif, tonitruant et salutaire.

Amirtha Kidambi : voix, harmonium, synthétiseur, effets, Matt Nelson : saxophone soprano, Alfredo Colon : saxophone tenor, Lester St. Louis : basse, Jason Nazary : batterie, machines

© Peter Kerlin

Fermer