ZE JAM AFANE Bia Asu Bewu
Cameroun

Chants du souvenir et des adieux

« En chrysanthèmes j’irai fleurir tous ceux qui demain, en robe de terre nous attendent au jour sans lendemain »

Ces musiques nous viennent des anciens Bulu du Sud Cameroun. Elles chantent la loi du temps qui nous impose la maladie, la vieillesse, la déchéance du corps, le fatalité de la séparation. Mais il nous reste l’espérance de la survie de l’âme au royaume des ancêtres. Cette quête de l’immortalité se fait par l’ascèse, la solidarité, pour la survie du groupe et du village.

« Ce sont les plus belles et les universelles de nos musiques, je viens vous les partager avec mes deux compatriotes, Valérie Belinga (chant, percussions) et Patrick Bebey (claviers senza flûtes) » Ze Jam Afane

Valérie Belinga : voix, percussions, Patrick Bebey : voix, claviers, senza, flûtes, Ze Jam Afane : voix, percussions, textes

OMIJÉ
France

Omijé – larme en langue yoruba – est né de la rencontre entre la performeuse et vocaliste française Violaine Lochu, le chanteur et percussionniste béninois Folly Azaman et le bassiste nigérian Oluwatosin Oyee.

À partir de la figure de la pleureuse, présente en Afrique occidentale comme elle l’était récemment en Europe méridionale, ces trois musiciens aux univers éclectiques font entrer en résonance leurs cultures musicales respectives pour explorer la notion de lamentation ; des chants funéraires yorubas, minas ou fons croisent des sonorités bruitistes, minimalistes, rock, dans un projet immersif et intense au sein duquel l’improvisation et l’expérimentation tiennent une large place.

Oluwatusin Oyee basse électrique, voix; Folly Romain Azaman voix, percussions; Violaine Lochu voix, accordéon, objets

© Daniel Akpovo