ZE JAM AFANE Bia Asu Bewu

Originaire du sud Cameroun, André Ze Jam Afane a amené des comptines, fables et mythes universels qui disent son regard sur les choses et le monde contemporain. À l’écoute des histoires qu’il compose, on comprend que la poésie doit exprimer ce que nous avons de fragile en commun, notre condition d’homme. La musique est l’essence même de son conte, sa fable nous permet de nous regarder et de nous penser autrement. Dans la culture Bulu (langue maternelle d’André Ze Jam Afane), le conteur a pour rôle de révéler son peuple à lui-même,
d’entretenir ses valeurs en améliorant son goût, son sens critique et son jugement.

OMIJÉ
France

Omijé – larme en langue yoruba – est né de la rencontre entre la performeuse et vocaliste française Violaine Lochu, le chanteur et percussionniste béninois Folly Azaman et le bassiste nigérian Oluwatosin Oyee.

À partir de la figure de la pleureuse, présente en Afrique occidentale comme elle l’était récemment en Europe méridionale, ces trois musiciens aux univers éclectiques font entrer en résonance leurs cultures musicales respectives pour explorer la notion de lamentation ; des chants funéraires yorubas, minas ou fons croisent des sonorités bruitistes, minimalistes, rock, dans un projet immersif et intense au sein duquel l’improvisation et l’expérimentation tiennent une large place.

Oluwatusin Oyee basse électrique, voix; Folly Romain Azaman voix, percussions; Violaine Lochu voix, accordéon, objets

© Daniel Akpovo