MARION COUSIN & KAUMWALD Tu rabo par’abanico
France

Marion Cousin invite le duo Kaumwald, formé par Ernest Bergez (Sourdure, Orgue Agnès, Tanz Mein Herz) et Clément Vercelletto (Sarah Terral, Orgue Agnès, Horns) à travailler avec elle des romances d’Estrémadure, dans un disque intitulé Tu rabo par’abanico – Romances de Extremadura (2020).

Kaumwald compose des paysages électroniques hypnotiques et accidentés, frôlant la chute et la transe, s’égarent en lisières technoïdes et multiplient les détours vers les sonorités familières d’un folklore imaginaire. Avec Marion Cousin, ils prennent pour point de départ la ritournelle et le récit apportés par ces romances d’Estrémadure, pour infuser et faire éclater cette matière première de leurs improvisations, collages, mutations et constructions électroacoustiques. La voix de la chanteuse y devient plus que jamais un matériau soumis à tous les séismes et métamorphoses.

Marion Cousin chant, shruti-box, Ernest Bergez électronique, violon, dotâr, chant, Clément Vercelletto percussions, électronique, chant.

© Eloïse Decazes

NO TONGUES
France, Suède

Ouvrir les sens, sens poétiques, sens physiques, à un monde sensible à portée de nos oreilles.

Ouvrir les sons du dehors avec leurs instruments, c’est ce qui constitue la matrice du groupe No Tongues créé en 2015. Il crée des sons ordinaires ou extraordinaires, des sons qui nous immergent, nous appellent, nous rythment, nous rassurent, nous émerveillent, des sons qui polissent nos vibrations profondes, celles-là même d’où surgit la musique, lien indéfectible entre le mystère du dedans et le mystère du dehors, acte vibratoire qui relie et déploie nos mondes à l’invisible.

Ronan Courty contrebasse, claviers; Matthieu Prual saxophone alto et soprano, clarinette basse, dispositif électroacoustique, résonateurs; Ronan Prual contrebasse, percussions; Alan Regardin trompette, électroniques; Matthieu Fisson mise en son; Vincent Saout mise en lumières.

©Perrine Le Querrec, Antoine Baillargeau