SONY LA BOMBE À HYDROGÈNE
Congo, République Démocratique du Congo, France, Russie

A partir des textes de Sony Labou Tansi et des musiques de Franklin Boukaka et du Gran Kallé, le slammeur congolais Cheriff Bakala a imaginé un spectacle musical original.

L’écrivain Sony Labou Tansi, le chanteur brazzavillois Franklin Boukaka, assassiné en 1972, le musicien Joseph Kabasele, dit Gran Kallé, père de la musique congolaise moderne… Chériff Bakala, musicien congolais exilé en France, a choisi ces prestigieuses sources d’inspiration pour raconter le monde d’aujourd’hui en recréant sur scène l’ambiance sonore, à la fois bruyante et feutrée, d’une rue de Brazzaville. Plus précisément d’un nganda, débit de boisson typique où l’on discute de tout et de rien, où la musique rythme les échanges,, théâtre où l’on se met en scène, où enfle la rumeur, où se croisent consommateurs, serveurs, musiciens, où la parole circule…

Chériff Bakala (R Congo) – voix, Anne-Sarah Faget (France) – voix, Fred Costa (France) – saxophones, Vladimir Kudryavtsev (Russie) – contrebasse, Zing Kayolo Kipulu (RD Congo) – guitare électrique, Bambi Fabe Beaurel (R Congo) – batterie

©  Bakalajulie Glassberg

MIJO CAPITAINE
France, République Démocratique du Congo

Après avoir joué avec des noms comme Fally Ipupa, Azaya et Jean Goubald, le virtuose Mijose Mpuisani regroupe trois fidèles musiciens pour raconter son histoire.

Au piano, chant et vocoder, Mijo présente des chansons inspirées par les hauts et les bas de sa vie. Sa fusion congolaise mélange l’afro jazz à la rumba dansante et festive, sans oublier le tradi-moderne, la musique classique et le RnB !

Mijose Mpuisani (RD Congo) – piano, synthés & chant, Doudou (France) – batterie, Cédric Mukuna (RD Congo) – basse, Béranger Boubande (RD Congo) – guitare électrique

  • Suivi de performances

© Andrea Camp