GRAND SORCIER
France

Un nouveau quintette instrumental composé par Stéphane Hoareau, autour des rites mystiques de La Réunion et de sens social et politique du Maloya. 

Grand Sorcier est le sens du mot Maloya au Zimbabwe. Après la création de TRANS KABAR, le guitariste Stéphane Hoareau a continué ses recherches musicales autour de la culture de son île en la transposant à un quintette de jazz.  L’écriture puise dans les codes traditionnels du Maloya comme les questions – réponses entre les deux saxophones ténor, le désir de liberté du free jazz et la transe incantatoire. Premier concert après une résidence à La Dynamo en 2021.

Nicolas Stephan saxophone ténor, Sakina Abdou saxophone ténor, Stéphane Hoareau guitare, compositions, Leïla Soldevila contrebasse, Ianik Tallet batterie

© Yannis Frier – Atelier Hurf

PENSEES ROTATIVES
France

Solos en torsades et cuivres pleinement libérés, vibrations mingusiennes en perspective.

Le contrebassiste Théo Girard (Bratsch, Macha Gharibian, Trans Kabar, Le Deal…) s’entoure, pour ses Pensées Rotatives, de collaborateurs de longue date : Sebastian Rochford (UK) à la batterie et le trompettiste Antoine Berjeaut , ainsi qu’autour d’eux – à la fois au sens figuré comme au sens propre, lors des concerts, une « couronne » de 12 soufflants, dont beaucoup ont déjà joué aux côtés du bassiste dans diverses constellations au cours des 20 dernières années.

Antoine Berjeaut trompette, Julien Rousseau trompette, Fabien Enger trompette, Nicolas Souchal trompette, Hector Léna-Schroll trompette, Sakina Abdou saxophone alto, Léa Ciechelski saxophone alto, Adrien Amey saxophone alto, Martin Daguerre saxophone alto, Théo Nguyen Duc Long saxophone ténor, Morgane Carnet saxophone ténor, Nicolas Stephan saxophone ténor, Camila Nebbia saxophone, ténor (Argentine), Théo Girard contrebasse composition, Ianik Tallet  batterie

© Yannis Frier – Atelier Hurf

TRANS KABAR
France

Un hommage aux grandes figures du Maloya dans une transe effervescente.

Quand Trans Kabar a enregistré Maligasé, son premier album, le groupe existait depuis seulement quatre mois. Premiers pas, cri primal. Musique hybride, métisse, née à Paris de la rencontre entre le maloya réunionnais traditionnel et les instruments du rock et du jazz. Le répertoire de ce nouvel album, Mazine La Mor, est un mélange de chansons que le groupe jouait en concert sans les avoir enregistrées, de reprises (Gaston Hoareau, Lo Rwa Kaf, Gramoun Lélé) et de compositions originales de Jean-Didier Hoareau, arrangées par le groupe. Car, même si le chant intense et cabré de Jean-Didier Hoareau est l’instrument lead, Trans Kabar est d’abord et toujours un groupe.

Jean-Didier Hoareau voix, composition, Stéphane Hoareau guitare, composition , Théo Girard contrebasse, Ianik Tallet batterie

© Yannis Frier – Atelier Hurf