DISPARU.E.S Judith Depaule
France, Congo, Syrie, Pakistan, Ukraine....

Une proposition de Judith Depaule / Compagnie Mabel Octobre avec l’atelier des artistes en exil.

Disparus, partis mais jamais revenus, volontaires, inconscients ou forcés, qu’en est-il de ces hommes et ces femmes introuvables, manquants à l’appel ? Une série de récits et de tableaux collectifs recueillis et construits durant des séances de laboratoire, pour une fresque multiculturelle, multilingue, chorégraphique et musicale.

Bébés volés de la dictature argentine, bébés confisqués du franquisme, enfants déportés de l’Île de la Réunion pour repeupler la Creuse, enfants slaves enlevés par les Nazis, évaporés japonais, internés ouigours, portés pour mort syriens, disparus guinéens, mauritaniens, congolais, latino-américains… la liste est longue des portés disparus, dont on ne sait s’ils sont morts ou vivants. Récits et tableaux collectifs tentent de déployer une cartographie de la disparition, phénomène commun à l’ensemble des sociétés.

Judith Depaule (France) conception, mise en scène, Anouk Darne Tanguille (France) assistanat artistique, Daouda Nganga* (Congo Brazaville) chorégraphie, Khaled Alwaera*(Syrie) scénographie, Christophe Maout (France), Sara Farid*(Pakistan), Samer Salameh* Palestine, Syrie) images, Omar Haydar* (Syrie), Francis Séké*(République démocratique du Congomusique, Jeanne Sarah Deledicq (France) training Vocal

Avec Zina Al Halak*(Syrie), B40*(Mauritanie) , Mathilde Bigan (France), Raphaël Bocobza (France) , Nassima Chavaeva*(Kazakstan), Ibrahim Diallo*(Guinée Conakry), Ousmane Doumbouya* (Guinée Conakry), Nino Djerbir (France), Fabrice Kalonji* (République démocratique du Congo) , Ana Maria Forero Cruz *(Colombie, Venezuela), Svetlana Menshaeva*(Russie), Daouda Nganga*(Congo Brazaville), Grace Nitumbi*(Ukraine), Angelica Tisseyre

(* membre de l’atelier des artistes en exil)

Avec le soutien de la fondation d’entreprise OCIRP, la Fabrique Chaillot – Théâtre national de la Danse

 

En savoir + sur l’atelier des artistes en exil  et sur le Festival visions d’exil