Roda Do Cavaco
Brésil, France

Sambas spirituelles ou plus charnelles, cette bande emmenée par Fernando Cavaco, agile au cavaquinho et subtil au micro, fait danser avec une formule qui rappelle les meilleures heures du pagode.

Deux vers bien claqués et trois rythmes bien balancés, la roda do Cavaco tient une formule des plus efficaces, testée et éprouvée depuis plus de sept ans. Fernando Cavaco en est l’instigateur. Ce Pauliste fréquente depuis qu’il est comme trois mangues les traditions du chorinho et de la samba. Une expertise du répertoire couplée à une plume ciselée lui ont permis de fédérer une belle équipe au diapason de ses intentions : monter un rendez-vous régulier qui comble tout autant les amateurs que les danseurs de samba. Telle est la force de ce pagode (club en anglais, c’est-à-dire une réunion régulière et plus ou moins informelle de sambistes) parisien qui parvient à retranscrire sans jamais la trahir l’atmosphère typique. Entrez dans la ronde !

FERNANDO CAVACO chant, cavaquinho, MATTHIEU DOAT banjo, choeurs, NATALLINO NETO repique de mao, choeurs, ERIVELTON SILVA pandeiro, chant, RODRIGO DE OLIVEIRA rebolo, chant, MARIVALDO PAIM tantam, choeurs///Photo(c)Clément Sz

João Donato
Brésil Inédit

A 80 ans, Joao Donato est ce qu’on pourrait appeler une légende vivante au Brésil. Et pourtant ce pianiste et compositeur n’avait joué qu’une fois à Paris, et encore pour quelques happy fews …

Le natif de l’Acre, un état du Nord du Brésil fut à la genèse de la bossa nova, lorsqu’il traînait dans les années 60 avec ses voisins du quartier Tom Jobim, Johnny Alf, Luiz Bonfá, et bientôt Joao Gilberto… Dix ans plus tard, il triomphe encore en enregistrant à Los Angeles Bad Donato, un concentré de funk amazonien, de psyché et d’afro-cubain. Puis enchaîne avec le génial Quem é Quem, où la samba se mixe à l’expérimental… Comme un résumé du style Donato : tout à la fois décontracté et rigoureux, crossover et expérimental, énergique et d’une infinie douceur. Autant de qualités qui seront d’autant mieux soulignées qu’il vient clôturer banlieues Bleues avec une sacré paire, le batteur Robertinho Silva et le bassiste Luiz Alves, ses amis de plus de trente ans…

JOAO DONATO piano, ROBERTINHO SILVA batterie, LUIZ ALVES basse ///Photo©Ekaterina Bashkirova