ALA.NI
Grande-Bretagne

Avec ses chansons douces et intemporelles, cette ex-protégée de Damon Albarn fait figure de sensation vocale de ce début d’année.

Si ALA.NI ne dévoile pas grand-chose de sa biographie, c’est pour que l’attention se porte sur sa voix et non sur sa vie. Entre la candeur de Judy Garland, la mélancolie de Beth Gibbons (de Portishead) et l’intensité de Billie Holiday, son timbre a comme un grain de vinyle. Escortée par une pincée d’accords de guitare ou de douces nappes de harpe, la Britannique se présente ainsi quasi a cappella. Une économie de moyens pour un maximum d’émotions.

ALA.NI voix, guitare acoustique, ROB UPDEGRAFF guitare électrique, CLAIRE GALO PLAICE harpe /// Photo Ala.Ni(c)DR

MESHELL NDEGEOCELLO COMET COME TO ME
Etats-Unis Inédit

L’éternel retour de la grande prêtresse du groove sidéral. Soul, électro, hip-hop et même reggae : elle fait tout comme personne.

Son dernier album « Comet, Come to Me » débute par une reprise soul, stellaire et sucrée d’un standard hip-hop des années 80, « Friends » de Whodini. Une manière de rappeler que Meshell Ndegeocello maîtrise toutes les nuances de la grammaire de la Great Black Music. Et plus encore car cette grande fan de Prince, Miles Davis et Nina Simone peut épouser le r’n’b mélancolique avant d’obliquer vers la folk cosmique, la drum’n’bass acoustique ou le rock sensuel. La classe.

MESHELL NDEGEOCELLO basse, voix, CHRIS BRUCE guitare, JEBIN BRUNI claviers, ABRAHAM ROUNDS percussions ///Photos Meshell Ndegeocello(c)DR