ROGER DAMAWUZAN & VAUDOU GAME
France,Togo Création

« Pas contente »!Le titre de Vaudou Game a tourné en boucle tout l’été. Rythmique afro-funky et une voix haut perchée, celle de Roger Damawuzan.

Roger Damawuzan, alias « le James Brown de Lomé, King of Gazo », chanteur légendaire du Togo des années 70, fit danser toute la côte africaine avec les mythiques As du Bénin. « C’est un père spirituel musical », insiste le chanteur et guitariste togolais Peter Solo, leader de « Vaudou Game ». Entre eux, en jeu, la culture vaudou. »Il n’y a pas de cérémonie vaudou sans musique, sans chant. La musique sert à invoquer l’esprit, qui va pouvoir posséder son adepte ». C’est toute la force de Vaudou Game, qui s’appuie sur le savoir-faire danser d’un ancien, spécialement à l’honneur dans ce concert. Gazo danse !

ROGER DAMAWUZAN voix lead, PETER SOLO guitare,voix VICENTE FRITIS claviers, chœurs,JÉRÔME BARTOLOME saxophones,percussions,chœurs,GUILHEM PARGUEL trombone, percussions,chœurs, SIMON BACROIX basse, chœurs, HAFID ZOUAOUI batterie /// Photo Vaudou Games(c)DR/ Photo Roger Damawuzan(c)Julien Lebrun

DANIALOU SAGBOHAN
Bénin Inédit

Batteur génial, le Béninois Danialou Sagbohan a été le premier à connecter jazz et rythmes vaudous.

Il a joué dès les années 70 au sein des meilleurs orchestres -« Black Santiago », « Poly-Rythmo », « Fela Kuti », « El Rego »- avant de révolutionner la musique locale : Sagbohan s’est nourri des improvisations jazz et surtout de la transe propre aux tambours vaudous, qu’il a associé en un style unique. Objet d’un culte national, « l’homme-orchestre » a rarement quitté son pays. Capable comme peu de mettre la piste en transe, est l’un des plus grands trésors du melting-pot musical du Bénin, qui brasse l’afro-cubain, la soul, le funk, la pop et l’afro-beat avec un incroyable chaudron de percussions traditionnelles. Vaudou transe !

DANIALOU SAGBOHAN voix lead, percussions, batterie, EULOGE MARIUS AHOUANDJINOU guitare, OLUWAFEMI TIMOTHEE LOUIS OLALAHOUNDOU AKANDE trompette, ERICAMOUR trombone, RICHMIR FINIEN CORENTIN TOTAH clavier, OLIVIER DOSSEH basse, BONAVENTURE GBETOGNON DIDOLANVI percussions, MANNONFI AI-NHO batterie/// Photo(c)Moncadas

BATIDA
Portugal, Angola Inédit

Difficile de résister aux rythmiques frénétiques de Batida, qui a puisé dans sa collection de sons angolais la matière à un mix ahurissant.

Les musiques de l’Angola des années 60 et 70 qu’il sample, c’est la bande-son de sa vie : Pedro Coquenão y est né, avant de débarquer à Lisbonne. »Nos parents les ont écoutées, elles forment les souvenirs de mon enfance. Nous nous devions de les réinventer ». Tel est l’enjeu de Batida, le nom de code en référence au rythme qui investit aussi bien le kuduro que le traditionnel semba, en y apportant une visión clairement orientée vers la piste de danse, tendance électronique. Une pyrotechnie sonore qui n’oublie jamais de s’inscrire sur le terrain de la réalité socio-politique de l’Angola et de cet autre petit pays créole qu’est le Portugal. Bazooka !

BATIDA machines, kissange, dikanza, voix + GUESTS basse / batterie/ danse ///Photos Batida(c)DR