METTE HENRIETTE TRIO
Norvège, Suède

Adoubée par le label ECM, cette jeune saxophoniste norvégienne joue à cache-cache avec le silence. Fascinant.

Tout comme l’artiste Marina Abramović dont elle est proche, Mette Henriette aime souffler le chaud et le froid, hésiter entre cris et chuchotements, explorer le  » dialogue direct des énergies » avec le public. Sur son double album au son féérique sorti sur le label ECM fin 2015, elle propose un monde en suspension, en ébullition, entre Carla Bley, Arvo Pärt et Arve Henriksen. Une balade en slow motion qui pourrait très bien se retrouver en B.O. de David Lynch, Terrence Malick ou Gus Van Sant.

METTE HENRIETTE saxophone, HÅKON AASE violon, JOHAN LINDVALL piano /// Photo © Antonin Corbijn

STIAN WESTERHUS
Norvège Inédit

Cet intrépide Norvégien est devenu le nouveau prophète de la guitare rugueuse et indomptée. Attention les secousses.

Stian Westerhus aime éprouver ses six cordes électriques avec des effets fous ou des notes concassées. Puis, il les caresse avec des ballades dubstep élevées au grand air, dans un ravissement expérimental sans cesse renouvelé. Pas étonnant que le top de la scène créative norvégienne se soit entiché de lui : du trompettiste Nils Petter Molvaer à la diva hybride Sidsel Endresen, ils ont senti chez lui le dynamiteur de routine. Et en solo, le garçon est autant (si ce n’est plus) imprévisible. C’est dire.

STIAN WESTERHUS guitare /// Photo © André Løyning

JAMESZOO
Pays-Bas, Grande-Bretagne, Allemagne

Comme Kamasi Washington, ce DJ hollandais est une trouvaille de Flying Lotus. Un pur concentré de (free) jazz et d’électro (naïve).

Avec son look grunge et son CV de DJ, Jameszoo aime bien se faire passer pour un « Fool », un idiot dostoïevskien qui n’y connaît rien au jazz. Héritier de Madlib et Sun Ra, le garçon se révèle en réalité un crack pour passer l’histoire de la Great Black Music à la moulinette de claviers gonflés à l’hélium. Adoubé par Arthur Verocai et Steve Kuhn dans son album sur l’influent label Brainfeeder, le jeune Hollandais s’impose clairement comme le sans-culotte le plus détonant de la révolution électro.

JAMESZOO claviers, électronique, NIELS BROSS claviers, FRANS PETTER EIDH basse électrique, RICHARD SPAVEN batterie /// Photo © Akkerman