ABDULLAH IBRAHIM & EKAYA
Afrique du Sud, États-Unis

Le mythique pianiste sud-africain appartient au club très restreint des légendes vivantes du jazz. Tout indiqué pour donner le cap de cette 35ème édition.

Bientôt soixante-dix ans que le pianiste natif du Cap fait résonner ses blue notes. Ses compositions au fort pouvoir mélodique furent aussi des titres engagés dans la lutte contre l’Apartheid, au point que c’est lui que Nelson Mandela demanda pour son investiture présidentielle. Abdullah Ibrahim créa, il ya 35 ans, Ekaya, « home » ou « terre natale » en zulu, une formation qui puise dans la musique de ses racines, le jive et le chant choral des townships dont l’élégance et la spiritualité ont façonné le singulier style de cet héritier revendiqué de Duke Ellington.

ABDULLAH IBRAHIM piano, MARSHALL McDONALD saxophone baryton, ANDRAE MURCHISON trombone, trompette, CLEAVE GUYTON JR saxophone alto, flûte, clarinette, piccolo, LANCE BRAYANT saxophone ténor, NOAH JACKSON contrebasse, violoncelle, WILLTERRILL batterie

Photo @ DR

SIBUSILE XABA
Afrique du Sud

Le nouveau messie du jazz et du folk de la nation arc-en-ciel. Une voix d’or fin qui surgit des temps immémoriaux du peuple zoulou.

Blues aérien, folk libre, hymnes chamaniques : ses mélodies tirent leur substantifique moelle de la musique maskandi de sa région d’origine, le KwaZulu-Natal. Ses chansons, il les récolte comme par magie dans ses rêves, tel un glaneur nocturne. Et le résultat est tourneboulant. Sorti l’an dernier, le premier disque « Open Letter to Adoniah/Unlearning » a mis tout le monde d’accord : avec sa voix de prêcheur sensible et sa maîtrise virtuose de la guitare, Sibusile Xaba était l’une des plus vibrantes révélations de 2017 et un nouveau signe de la relève jazz en Afrique-du-Sud.

SIBUSILE XABA guitare, voix, KHOLOFELO MPHAGO percussions, NHLANHLA MPILA percussions

Photo @ HARNESS HAMESE