BONGA
Angola

Celui qui fût dès 1972 la voix de l’Angola reste toujours aujourd’hui l’une des plus grandes voix d’Afrique.

Angola 72, son disque manifeste, habité d’une terrible douce-amertume, fût la bande-son de la lutte d’indépendance angolaise. Le colon portugais, puis le néocolonialisme sous toutes ses formes, et enfin l’oppression de toutes les couleurs, Bonga n’a cessé de tremper sa plume dans l’acide, sans renoncer à chanter l’espoir. Ses sensuelles sembas – le rythme traditionnel angolais précurseur de la samba brésilienne- racontent des histoires de blues, d’exil, de péril, d’amour éperdu, qui collent si bien à la peau rude de leur auteur, à l’image de cette terrible Sodade qu’il chanta de sa voix rauque et subtile bien avant Cesária Évora.

BONGA chant, congas, dikanza, BETINHO guitare, CIRO LOPES accordéon, HERNANI PINTO LAGROSSE basse, DJIPSON batterie

Photo©Lawson Daku

Tourné sur l’île de São Vicente (Cap-Vert), le clip de Kambua, extrait de l’album de Bonga Hora Kota (2011, Lusafrica).