Jacques Coursil quartet
France Création

Le trompettiste martiniquais évolue sur un mince fil, le souffle continu et les sens en éveil. Comme sur son nouvel album en mémoire du peuple Cherokee.

A plus de 70 ans, Jacques Coursil reste un jeune premier. Il faut dire qu’après s’être illustré aux avant-postes du jazz libre et radical, il a choisi de reprendre ses études de linguistique, puis d’enseigner… Tout en gardant sa trompette non loin de lui. Et sa musicalité s’est nourrie de tout ce qu’il a appris. Pour preuve, chacune des notes de  » Trail Of Tears », témoignage poétique du calvaire des indiens Cherokee. Sur disque, comme sur scène avec ce quartette tout neuf, le musicien philosophe y questionne les fondements du nouveau monde, apparu avec l’arrivée des blanches frégates de Christophe Colomb,avec une magique profondeur.

Jacques Coursil trompette, Fanny Lasfargues basse électrique, Romain Clerc-Renaud claviers, Yann Joussein batterie

Les Triaboliques
Grande Bretagne Inédit

Trois gratteurs chanteurs globe-trotters allient leurs forces et leurs talents pour faire naître une musique inédite où blues, folk et musiques africaine et du monde entier festoient gaiement.

Ils ont vogué entre blues-rock-punk et musiques du monde (vus avec Robert Plant, The Damned ou 3 Mustapha 3), ils ont parcouru le monde entier et n’ont pu s’empêcher de revenir les oreilles et les mains vides. Sur leur disque événement “rivermudtwilight”, ce supergroupe britannique mélange tous les genres musicaux du siècle dernier. De la musique africaine que Justin Adams connaît bien pour avoir produit Tinariwen au rock en passant par le blues, la country/folk et le jazz, le trio star s’attaque à des standards de tous pays : de Don’t Let Me Be Misunderstood dans une version qu’on dirait arrangée par un Led Zeppelin acoustique, jusqu’à un hommage poignant au poète turc Aşık Veysel : un melting-pot aux mille et une surprises.

Justin Adams guitare, voix, Ben Mandelson voix, mandoline, bouzouki baryton, guimbarde, Lu Edmonds guitare, voix, cumbus