Salis Angeli Drake trio
Italie, Etats-Unis

Un guitariste inclassable, un accordéoniste agitateur et un batteur titanesque : une rencontre au sommet de l’improvisation. Décomplexée, fantaisiste et pleine de surprises.

Guitariste polymorphe qui fait l’admiration de Pat Metheny, Paolo Angeli a réuni autour de lui deux de ces anciens camarades de jeu, figures historiques de l’improvisation mondiale. A sa gauche, Hamid Drake, batteur complice indispensable d’une pluie dorée de musiciens (de Don Cherry à Herbie Hancock en passant par David Murray). A sa droite, Antonello Salis, pianiste et accordéoniste atypique, capable de faire sonner son instrument comme personne. En plus de la guitare hybride (18 cordes agrémentées de martelets, pédaliers, hélices) d’Angeli, il faut s’attendre à tout avec ces trois phénomènes musicaux : cris et chuchotements, stupeurs et tremblements, bruit et fureur…

Antonello Salis piano, accordéon, Paolo Angeli guitare sarde préparée, Hamid Drake batterie, percussions

Médéric Collignon Septik Il était une fois la révolution
France

Dynamiteur des formes et explorateur des sonorités, l’iconoclaste virtuose est de retour avec son Septik, bande de mercenaires du jazz qui font feu de tout bois.

Quelques années ont passé depuis la création à Banlieues Bleues de Septik autour d' »Il était une fois la révolution », le grand western-spaghetti de Sergio Leone marqué par la bande-son composée par Ennio Morricone. A la fois lyrique et satirique, épique et comique, cette partition demeure un modèle. Médéric Collignon en délivre sa propre version. « Comme si j’arrangeais le film moi-même ». A partir des partitions originales, le trompettiste exacerbe le propos, en dynamitant l’oeuvre de l’intérieur quitte à provoquer un énorme feu d’artifice comme dans le film, mais aussi en soulignant la délicatesse d’une mélodie jouée au seul banjo.

Médéric Collignon cornet, Jean-Philippe Morel contrebasse, Maxime Delpierre Guitare, Thomas de Pourquery saxophones alto, soprano, chant, compositions, Mathieu Jerôme, Franck Woeste Fender Rhodes, Philippe Gleizes batterie