Anthony Coleman solo Freakish/Hommage à Jelly Roll Morton
Etats-Unis Inédit

Depuis trente ans, son nom circule sur bien des disques de la scène du New York downtown. Le facétieux pianiste et fantastique compositeur salue le jazz des origines, avant de le bousculer radicalement.

Frappé d’une curiosité musicale sans borne, influencé par le courant minimal expérimental, adepte -très tôt- du sample , ce complice privilégié de John Zorn, Marc Ribot, Roy Nathanson, que certains qualifièrent de dadaïste du clavier, leader du Selfhaters Orchestra puis de Sephardic Tinge avec leurs visions prismatiques de certains côtés peu examinés de la musique et de la culture juives, compte aussi parmi ses maîtres à penser Thelonious Monk, Duke Ellington, ou Jaki Byard. C’est pourquoi il n’est guère étonnant de retrouver Anthony Coleman en solo, les deux mains plongées dans le répertoire de Ferdinand « Jelly Roll » Morton, inventeur historique du jazz.

Anthony Coleman composition, orgue, clavier

Anthony Coleman quartet Damaged by Sunlight
Etats-Unis Création

En seconde partie de soirée, avec un nouveau quartette, « Abimé par le soleil » promet « des images auditives explosées en édifices écroulés, rappels poignants de la vulnérabilité de la musique » !

Anthony Coleman compositions, orgue, clavier, Ashley Paul saxophone alto,Brad Jones contrebasse, Satoshi Takeishi percussions, batterie