MERIDIAN BROTHERS
Colombie Inédit

Cabinet de curiosités d’un hallucinant savant fou venu de Colombie, un vrai faux-groupe surréaliste, bric-à-brac jubilatoire et délicieusement foutraque de rythmes latins et de psychédélisme tropicaliste.

Il possède chevillé au c½ur de son cerveau frénétique l’esprit Do It Yourself du Beck des années 90, le gai savoir psychédélique de Tom Zé ou encore la poésie futuriste de The Residents. Drôle d’oiseau rare venu né à Bogotà, Eblis Álvarez est de toutes les balades sauvages de la scène colombienne, du math-rock de Los Pirañas à la cumbia de Frente Cumbiero en passant par le big band Ondatropica. Laborantin qui raffole des mélanges chimiques, il s’est créé Meridian Brothers pour succomber à toutes ses tentations : pop déglinguée, collages dadaïstes, cumbia futuriste ou salsa sous hormones électroniques. La sortie l’an dernier de son album « Desesperanza » sur le passionnant label anglais Soundway Records a enfin braqué les projecteurs du monde entier sur le talent polymorphe de ce recycleur de génie, forgeur d’un tropicalisme du XXIe siècle, et d’une musique qui se danse autant avec la tête qu’avec les pieds.

EBLIS ÁLVAREZ voix, guitare électrique, MARÍA VALENCIA synthétiseur, saxophones, percussions, CÉSAR QUEVEDO basse, ALEJANDRO FORERO claviers, électronique, DAMIAN PONCE percussions /// Photos © DR

uKanDanZ
France, Ethiopie

uKanDanZ a inventé une délicieuse recette : leur ethiopian crunch music est un cocktail explosif qui met le feu aux corps. Free sons et frissons garantis.

Si leur nom est « une référence à Madonna et à la polyrythmie », il ne doit pas masquer les intentions de ce quintette d’électrons libres aux horizons des plus variés : envoyer une bonne dose d’énergie polyrythmique pour faire danser. Et dans la vague des groupes qui se branchent sur le son éthiopique, uKanDanZ parvient à trouver son originalité. « Chacun prend ces ingrédients, et cuisine à sa manière. » Eux font de l’éthiopian crunch music, une formule haute en énergies qui, si elle conserve les accents aigus et rythmes pointus des troubadours et chantres d’Addis-Abeba, ne sombre jamais dans la pâle copie conforme. Même le classique « Mèla Mèla » de Mahmoud Ahmed mute en une espèce de post-free-rock.

Concert debout

ASNAKE GUEBREYES voix kebero, LIONEL MARTIN saxophone ténor, FRED ESCOFFIER claviers, DAMIEN CLUZEL guitare, GUILHEM MEIER batterie /// Photos © DR