Tomeka Reid - Jason Adasiewicz - Josh Abrams - Tomas Fujiwara
États-Unis Inédit

Changement de programme : Tomeka Reid prend la place de la flutiste Nicole Mitchell, qui a du annuler sa présence au concert de Banlieues Bleues.

Violoncelliste et compositrice, Tomeka Reid est le nouveau visage de la vibrionnante scène créative de Chicago, où la musicienne – née à Washington- s’est installée depuis plusieurs années. Devenue l’une des plus jeunes membres de la fameuse AACM (Association for The Advancement of Creative Musicians), elle a joué avec Anthony Braxton, George Lewis, Roscoe Mitchell, Myra Melford, Mary Halvorson, fait partie intégrante de l’Evolution Ensemble de Dee Alexander, du Black Earth Ensemble de Nicole Mitchell, du Mike Reed’s Loose Assembly, et co-dirige le trio à cordes Hear In Now, internationalement reconnu comme l’un des fleurons de la nouvelle scène de la musique improvisée américaine. Tomeka Reid a également fondé son propre trio, avec le guitariste Matt Shreider et le bassiste Josh Abrams, qu’elle retrouvera à Banlieues Bleues dans ce concert où, mieux que de remplacer au pied levé Nicole Mitchell au milieu des musiciens d’Ice Crystal qu’elle fréquente souvent, elle proposera une facette de son propre répertoire. Educatrice formée comme Nicole Mitchell au Chicago Jazz Institute, Tomeka Reid dirigera également l’action musicale de Banlieues Bleues « One Heart Many Voices », sur la musique de Nicole Mitchell (voir actions musicales, restitution le 6 avril à Bobigny).

TOMEKA REID violoncelle, JASON ADASIEWICZ vibraphone, JOSH ABRAMS contrebasse, TOMAS FUJIWARA batterie// Photo Tomeka Reid ©Jim Newberry

CHARLES TOLLIVER MUSIC INC.
États-Unis Inédit

Cofondateur de Strata East, label de haute qualité artistique, Charles Tolliver fit ses débuts en 1964 sur Blue Note. Cinquante ans plus tard, le trompettiste fête ce demi-siècle avec un tout nouveau quintette.

« It’s Time ». C’est sur ce disque au titre prémonitoire que Charles Tolliver a fait son entrée officielle en 1964 dans le monde de la musique, cornaqué par Jackie McLean. Trois ans plus tard, il se retrouve embarqué dans le quartette de Max Roach, où il croise la route d’un jeune pianiste, Stanley Cowell. Avec ce dernier il fonde en 1971 Strata East, label référence des années soul jazz qui publia Pharoah Sanders, Gil Scott-Heron, Clifford Jordan… Le trompettiste va y signer des disques désormais très recherchés, marqués par la spiritualité sans ½illères d’un musicien grandi dans le bop et le rhythm’n’blues, mais attentif à la new thing et à la soul, véritable légende du jazz qui revient enfin après des années d’oubli. Il est grand temps.

CHARLES TOLLIVER trompette, THEO HILL piano, DEVIN STARKS basse, BRUCE EDWARDS guitare, GENE JACKSON batterie// Photos Charles Tolliver©Jimmy Katz – ©DR.