Retour aux archives

Édition 2015

Deux astres qui ont illuminé le jazz afro-américain, des années-lumière en avance sur leur temps : Strata-East et le Sun Ra Arkestra, 

des seigneurs de la jungle musicale : Ken Boothe, Black Roots, David Murray et Saul Williams, Lucky Peterson, João Donato,

de frais bourgeons, Cécile McLorin Salvant, Umlaut Big BandHugh Coltman, Blick Bassy, Dylan Howe, éclos de fertiles racines (Ellington, Nat King Cole, Skip James, David Bowie),

des fleurs insoupçonnées : Eve Risser, Sidsel Endresen, Naïssam JalalAla.Ni, Art Sonic et l’Ensemble Ephémère, des hybrides d’Orient ou de Java : Dorsaf Hamdani, Dhafer Youssef, Balungan,des herbes follement étranges: Fantazio, Tournesol, Anton MobinVegan Dallas...

Une profusion de jeunes pousses, vivaces ou miraculeuses, qui ont germé ici –l’ONJ d’Olivier Benoit, COAX, le Magnetic Ensemble, Guillaume Perret, Moh! Kouyaté, dans les sables brûlants du désert –Songhoy BluesNoura Mint Seymali, Mdou Moctar, ou sur les glaces polaires– PunktJan Bang, Erik Honoré, Endresen-Westerhus, Per Martinsen…

Des fruits de banlieue, puissants, rebelles et salutaires, qui font bouger la musique et la société : Dakar Is Rap !

Commencé le jour du printemps, ce 32e Festival se joue sur le terrain de l’effervescence et du renouveau artistiques : jazz dans tous ses -nouveaux- états, afro-blues, soul et techno revisités, cordes remixées, gamelan post-rock, samba, rap, roots, reggae… En concerts et en actions, il cultive la curiosité musicale, l’ouverture aux sons, aux autres, au monde.

Xavier Lemettre, directeur de Banlieues Bleues