Retour aux archives

Édition 2012

Le perpétuel renouveau

Innover. À pas de géant, comme McCoy Tyner, co-architecte avec John Coltrane du « jazz moderne ». En douceur, tels Joe Lovano et Dave Liebman, ou le trio Romano-Sclavis-Texier, dont c’est le grand retour. L’air de rien, en déployant des trésors de poésie, de tendresse et d’humour, comme Roy Nathanson et son commando Sotto Voce. Qu’importe la manière, radicale – Evan Parker –, virtuose – Andy Sheppard –, joviale – Andy Emler –, pourvu qu’on ait l’ivresse. Les fées improvisatrices – Joëlle Léandre, Sidsel Endresen, Lucia Recio – la taquinent sans cesse.

Les inventeurs mènent la danse, des révolutionnaires de la soul, du funk et de la techno de Detroit – Amp Fiddler Motor City Remix – au créateur de l’afro-beat Tony Allen, des pionniers du blues et du jazz – Aki Takase Old & New Blues, Marc Ribot Really The Blues– aux précurseurs du free – Autour d’Ornette Coleman, A Tribute to Sun Ra. Dédicaces spéciales pour la Station Congo tradi-moderne de Ray Lema, le transe-blues d’Otis Taylor, les inénarrables prototypes de Fred Frith et du docteur Chadbourne.

Réinventer la musique et le monde, sans frontières. Mike Ladd, Vijay Iyer, Serge Teyssot-Gay, Ahmed Abdul Hussein forment la coalition États-Unis- Irak-France Sleep Song. Kamilya Jubran, Aïcha Redouane, Ghalia Benali, Daniel Yvinek, Magic Malik se lancent sur les traces de la grande Oum Kalsoum. Rabih Abou-Khalil vogue tel Ulysse sur la Méditerranée. La variété française monte au ciel avec Beau Catcheur et Jukebox. Piers Faccini remonte le fleuve Niger vers la source du blues, la malienne Mamani Keïta s’envole vers Cuba avec Harold Lopez-Nussa. Et Jupiter Bokondji, incroyable avatar du groove urbain de Kinshasa, décolle pour la stratosphère.

Découvrir. À Banlieues Bleues, les artistes font bien plus que monter sur scène, et les publics beaucoup plus qu’écouter. On échange, on partage, on explore le jazz réinventé de New York à Paris, le funk de Detroit, la musique classique arabe, les rythmes, les danses, les Sons de Kinshasa… Ça finit en explosions de Sea Shanties, de Cosmic Songs… Les Actions musicales, nébuleuse de rencontres, d’ateliers, d’expériences, font grandir – et rajeunir – chaque fois.

Le renouveau, c’est une constellation de musiciens en passe de modifier en profondeur le paysage. Ils et elles, ont franchi l’étape cruciale : l’invention de soi. Prendre son destin en charge, quitter les chemins tous tracés, plus le long travail de fabrique – la musique est un travail. Emile Parisien, Matana Roberts, Nicole Mitchell, Thomas de Pourquery, Sarah Murcia, Guillaume Orti, Sylvain Rifflet, Francesco Bearzatti, Ambrose Akinmusire, Elise Caron, Misja Fitzgerald Michel, Guillaume Perret… Leur créativité, leur énergie, totalement excitantes, éclairent une bonne part du programme.

Nouveaux visages, nouvelles manières. En mode communautaire, les Californiens Build An Ark importent une hybridation psyché-soul-improjazz inouïe jusqu’ici. Sous forme de collectifs, Loop et Coax sont les pépinières de la nouvelle génération des musiques spontanées de Londres et Paris. Au rythme des dernières inventions technologiques, les maîtres norvégiens du sampling Jan Bang et Erik Honoré opèrent de sidérants bouleversements stylistiques ; ils transposent en exclusivité leur concept Punkt en mini-festival avec concerts suivis de leurs remix live.

Sous le signe de la surprise, un saxophoniste révélé en France il y a vingt et quelques années sur la même scène, ressurgit en clôture de Banlieues Bleues : John Zorn a choisi spécialement parmi l’immense répertoire de son Livre des Anges, trois de ses oeuvres et groupes préférés, pour un final exceptionnel.

C’est un saxophoniste de 29 ans qui soufflera les premières notes de ce 29e festival, donnant le ton aux 43 groupes et aux 23 concerts à venir : le ton du renouveau perpétuel. Point d’argument publicitaire, c’est juste la rage de vivre du jazz, depuis sa naissance sous les doigts d’un pianiste métamorphosant sa musique de bastringue pour en faire jaillir la lumière, comme l’a crayonné Blutch sur les lettres d’or de l’affiche.

Xavier Lemettre, Directeur de Banlieues Bleues