Retour aux archives

Édition 2004

Ils se bousculent sur l’affiche. Comme une constellation, voire plusieurs, superposées. Certains illuminent le jazz depuis longtemps, d’autres gravitent depuis peu sur la piste sidérale. L’espace est vaste, ouvert, les uns y entament de grandes révolutions, les autres culminent à leur zénith. Imprévisibles, ils peuvent se croiser pour former d’étonnantes conjonctions astrales, dévier leur trajectoire vers d’autres influences, parfois se télescoper… On en reconnaît de plus ou moins célèbres, on en repère de nouveaux, avec délectation. Les cartes du ciel européenne et américaine font référence et continuent d’être explorées, comparées, mélangées, mais beaucoup restent à découvrir, venus d’autres hémisphères. Parmi tous, quelques uns apparaîtront peut-être comme des comètes tombées d’autres galaxies, ou encore de futurs centres de l’univers…

Dans leur diversité, ces musiciens ont un point commun. Loin du narcissisme de l’art pour l’art, loin du déterminisme marchand, ils transmettent d’intenses rayonnements vitaux : sensibles, généreux, profonds, lumineux souvent, humains toujours.

Pourquoi craindre aujourd’hui que les artistes nous tombent sur la tête ? Leur foisonnement, autrement qu’une fatalité surnaturelle, est une dynamique irrépressible, qui s’oppose librement à de puissantes pensées uniques. L’art ne rime pas avec homogénéité, c’est une découverte sans prix, une aventure sans précédent, des langages, des gestes, des pensées, et non des produits d’industrie, c’est de la forme, pas du formaté… C’est toute la force de la musique, qui n’a jamais été aussi vive, créative, passionnante que maintenant, pour peu que l’on accepte d’être réveillés par ce qui brille devant nos yeux !

Xavier Lemettre, directeur de Banlieues Bleues