ALICE RIPOLL aCORdo
Brésil

19h00

2 représentations par jour : 1ère séance à 19h / 2ème séance à l’issue du dernier spectacle

ALICE RIPOLL  aCORdo

quatuor | 30 minutes

La chorégraphe brésilienne fait surgir une image puissante de quatre corps qui hantent la favela et questionnent la peur du spectateur de remettre en question ses positions préétablies.

Les quatre danseurs, d’abord au sol, finissent par se lever et danser, quatuor tournoyant, parfois chacun dans sa bulle, parfois ensemble, en accord ou en opposition. Jusqu’à ce que le ” spectacle” bascule et que le public soit vraiment confronté à leur existence. On n’en dira ici pas plus, mais ce qui s’apparentait à une forme étrange et potentiellement ludique devient une pièce profondément politique, où le spectateur est soudain aux prises, sans intermédiaire, avec une situation vécue à répétition par la population des bidonvilles, mise à l’écart et soupçonnée. On peut aisément transposer la scène sous nos latitudes et le miroir ainsi tendu bouscule. “Notre organisation sociale permet d’ ignorer totalement l’existence de certains d’entre nous : celui qui vient réparer votre chauffage, faire le ménage dans votre bureau ou vous servir un café. aCORdo expose leur invisibilité, leur soumission et questionne la peur du spectateur de remettre en question ces positions préétablies” affirme ainsi la chorégraphe.
Cela dure trente minutes mais ces trente minutes se gravent dans la mémoire, dérangeantes et fortes.

Alice ripoll conception, Alan Ferreira, Leandro Coala, Romulo Galvão, Tony Hewerton inteprètes  – Anita Tandeta assistant, Renato Mangolin vidéo

Avec les soutiens du Centro Coreográfico da Cidade do Rio de Janeiro,  Rafael Machado Fisioterapia.

Photo©Renato Mangolin

SINA SABERI DAMNOOSH
iran

SINA SABERI DAMNOOSH

I solo | 50 minutes I

Le chorégraphe iranien semble nous inviter à la simple préparation d’un thé, qui à travers le rituel, la danse, la poésie, devient une interrogation joueuse et tendre sur le passé et le présent.

Avec Damnoosh, il poursuit cette exploration, sur le mode d’une performance dans laquelle il invite le public à découvrir le rituel du “damnoosh”. Mêlant poésie, musique et “naqqali”  – forme ancienne de représentation théâtrale dans laquelle le conteur raconte des histoires en vers ou en prose tout en faisant des gestes et des mouvements -, il invite à la préparation d’un thé fabriqué à partir de sept herbes de différents endroits d’Iran choisis pour lui permettre de relater soit un récit personnel, soit une part de la grande Histoire, le plus souvent liés à la trajectoire de la danse en Iran.

Sina Saberi conception, chorégraphie,  Mohammadreza Shajarian & Mohammad Alizadeh musique, mixé par Farbod Maeen   Lida Noba costumes, création lumière Ali Kouzehgar

Soutenu par MaHa Collective, Iran & Maqamat Dance Theater (Liban).

Photo©Guilia Di Vitantonio

LISA VEREERTBRUGGHEN SOFTCORE - A HARDCORE ENCOUNTER
Belgique

20H00

LISA VEREERTBRUGGHEN SOFTCORE – A HARDCORE ENCOUNTER

solo | 45 minutes

La jeune artiste belge poursuit son  exploration  poétique et savante de la culture gabber (la techno à 200 bpm). Et si danser si rapidement devenait une réappropriation de la vitesse ?

Lisa Vereertbrugghen conception, chorégraphie, interprétation – Michael Langeder son, Vera Martins lumières – Madison Bycroft, Sabine Cmelniski, Nestor Garcia Diaz conseils artistiques

Coproductions : CENTRALE FIES avec le programme LIVE WORKS PERFORMANCE ACT AWARD, STUK, BUDA & BIT Teatergarasjen

Avec le soutien de CAMPO, Tanzfabrik et SZENE Salzburg. Soutenu par Vlaamse Overheid and apap – Performing Europe 2020, co-soutenu par Creative Programme of the European Union

Photo©Pierre Tournay