ALPHAWIN
Tunisie, France Création

Inspiré par son quartier d’enfance Halfaouine, le chanteur tunisien Nidhal Yahyaoui métisse mysticisme ancestral et sonorités électro.

Alphawin, c’est un fantasme. Celui du chanteur tunisien Nidhal Yahyaoui et de son Front Populaire Musical. Son idée ? Collecter des morceaux ancestraux. Pour les transmettre aux générations futures, mais aussi et surtout pour les confronter à des sonorités contemporaines, tantôt électro, tantôt rock. Alchimie des sons, mais aussi alchimie des peuples : aventure franco-tunisienne, Alphawin a pour directeur artistique un autre travailleur de la dualité culturelle, le fondateur de l’inspirant et méditerranéen Hijâz’Car, le guitariste, oudiste et photographe Gregory Dargent. Au final, une surprenante électro-mezoued, du nom de la cornemuse tunisienne au son si particulier.
____

Nidhal Yahiaoui: voix, outar, Grégory Dargent: direction artistique, guitare, Amir Sassi: mezwed, Vincent Posty: basse, guitare, synthé basse, Fabien Guyot: percussions, Étienne Gruel: percussions

Photo Alphawin ©DR

ALSARAH & THE NUBATONES
SOUDAN, ÉTATS-UNIS

C’est loin de sa terre natale que cette ethnomusicologue a creusé le fertile sillon de ses racines pour régner sur la rétro-pop d’Afrique de l’Est.

Quand à 4 ans, on promeut en chansons le vote à Karthoum aux côtés de ses parents, difficile de ne pas devenir une artiste engagée. Trente ans et deux albums plus tard, Alsarah la hipster new-yorkaise n’a pas oublié son enfance : imprégnée de chants traditionnels nubiens comme de groove afroaméricain, sa musique voyageuse reste hantée par la question des exilés. Sa voix brille par son intensité contagieuse et remet sur le devant de la scène la richesse de la musique afro-arabe soudanaise, restée trop peu connue en Occident.
____

Alsarah: voix, Nahid Abunama Elgadi: voix, claviers,  Brandon Terzic: oud, Mawuena Kodjovi: basse, trompette, Rami El Aasser: percussions

Photos Alsarah & The Nubatones ©Waleed Shah et Jason Rogers