Anthony Coleman avec l' Ensemble Erik Satie + Solo Echoes From Elsewhere / Renvois D'Ailleurs
Etats-Unis, France Création

Le pianiste et compositeur phare de l’underground new-yorkais revient à Banlieues Bleues pour créer une ½uvre inspirée par Jacques Derrida.

« Je n’ai qu’une langue, et ce n’est pas la mienne ». Cette phrase du philosophe Jacques Derrida, Anthony Coleman l’admire, la chérit et s’en méfie par la même occasion. A partir de ce paradoxe, le volcanique pianiste new-yorkais créée à Banlieues Bleues une ½uvre inédite, pour ensemble mi-improvisé mi-contemporain. Complice des aventures les plus fascinantes de John Zorn, David Krakauer, Marc Ribot ou Roy Nathanson, compositeur débordant d’invention entre modernité et traditions, Anthony Coleman explore aussi depuis quelques années avec maestria l’art du solo, dont il offrira également un échantillon.

Disque:Anthony Coleman « Freakish » Tzadik/Orkhêstra

Anthony Coleman solo clavier, orgue, composition, Florence Semichon flûte, Denis Colin clarinette basse, Benjamin Dousteyssier saxophone, Philippe Pannier guitare, Simon Milone Violon, Claire Spangaro violoncelle, Ronan Courty contrebasse, Martine Gagnepain piano, Benoît Masson percussion //// Photos©ScottIrvine

ONJ Daniel Yvinec Shut up and dance
France

L’association de bienfaiteurs sonores menée par Daniel Yvinec propose des ½uvres tissées sur mesure par un homme fort du jazz new-yorkais. Un labyrinthe musical entêtant.

En à peine deux ans, l’ONJ est passé de la case « rassemblement de jeunes multi-instrumentistes pleins de talents »
au stade d’orchestre uni comme un seul homme. Après des programmes autour de figures magnétiques comme Robert Wyatt ou Billie Holiday, le directeur artistique de l’ONJ Daniel Yvinec a concocté avec l’inventif et captivant compositeur et batteur new-yorkais John Hollenbeck (voir concert du 23 mars) un nouveau répertoire qui doit autant aux recherches mélodiques de Radiohead et aux investigations sonores de Steve Reich qu’aux toiles harmoniques de Duke Ellington. Un trip sonore où l’innovation, instrumentale et mélodique, tient la part belle.

Disque:Orchestre National de Jazz « Shut Up and Dance » Bee Jazz

Eve Risser piano, piano préparé, flûtes, Vincent Lafont claviers, piano, électronique, Antonin-Tri Hoang saxophone alto, clarinette, Fred Gastard saxophones, trombophone, Joce Miennel piccolo, flûtes, électronique, Rémi Dumoulin saxophone ténor, clarinettes, Sylvain Bardiau trompette, bugle, claviers, Pierre Perchaud guitare, banjo, Sylvain Daniel basse électrique, Yoann Serra batterie. //// Photos©Annabelle Tiaffay