tarifs/abonnements
newsletter
recherche

14 mars 11 avril



mardi 25 mars à 20h30, Pantin

GOOD BYE SCHLÖNDORFF CORRESPONDANCES SONORES D'UNE GUERRE FALSIFIÉE

en savoir plus


mardi 25 mars à 20h30

le festival  Ciné 104, Pantin

GOOD BYE SCHLÖNDORFF CORRESPONDANCES SONORES D'UNE GUERRE FALSIFIÉE

France, Liban, Syrie / Concoctée par le compositeur –aussi connu comme rappeur- Rayess Bek, cette intense performance audiovisuelle mêle d’authentiques lettres intimes datant de la guerre civile libanaise à des extraits du Faussaire réalisé à Beyrouth en 1981.

Un jour, Rayess Bek trouve une cassette dans la voiture de sa mère à Beyrouth. Le jeune homme y découvre la voix de sa grand-mère : pendant la guerre civile au Liban, les gens avaient pris l’habitude de correspondre par ces lettres sonores. A partir de cet échange épistolaire étonnant et bouleversant, le musicien a bâti un spectacle aussi visuel que sonore. Entre électronique minimale, émouvantes voix d’outre-tombe, mélodies orientales entonnées par la flûte ailée de Naïssam Jalal et extraits du film et du making-off du Faussaire du cinéaste allemand Volker Schlöndorff, le jeune et brillant musicien invite le spectateur-auditeur à un véritable voyage dans le temps tout aussi historique qu’onirique.

rayessbek.net

RAYESS BEK compositions, machines, NAÏSSAM JALAL compositions,flûte,nay // Photos Good Bye Schlöndorff- Rayess Bek©DR - ©Tanya Traboulsi - ©Orevo.

Avec l’aide à la production d’Arcadi. Cette production a été rendue possible grâce au Cuture Ressource’s Production Awards Programme. Spectacle crée en résidence à la Ferme de Bel Ébat – Théâtre de Guyancourt. Co-produit par le MuCEM, Musée des Civilisations de l’Europe et de la Méditerrannée. En co-production avec l’A.M.I (Aide aux Musiques Innovatrices).



mercredi 26 mars à 20h30, Pantin

LYCÉENS À LA DYNAMO (2nde édition) Direction Sarah Murcia, Fantazio et Sylvain Rifflet

en savoir plus


mercredi 26 mars à 20h30

le festival  La Dynamo, Pantin

LYCÉENS À LA DYNAMO (2nde édition) Direction Sarah Murcia, Fantazio et Sylvain Rifflet

France / 3 groupes de lycéens, ayant répété pendant des mois avec 3 musiciens exceptionnels, se succèdent sur la scène de La Dynamo. Au menu, une réinterprétation du mythique «Thriller », une nouvelle adaptation des chansons du légendaire Moondog, une explosion de mots qui claquent, rappent et frappent contre des carrosseries de voiture transformées en instruments de musique.

http://www.jmp.fr/disponible-a-annee.html?view=item&item_id=120

http://www.fantazio.org/

http://sylvainrifflet.com/

Avec les lycées Jean-Pierre Timbaud d’Aubervilliers, Boulloche de Livry-Gargan et Paul Eluard de Saint-Denis.// Photos Lycéens, Sarah Murcia, Sylvain Rifflet et Fantazio©DR.

Fantazio est en résidence à La Dynamo de Banlieues Bleues avec le soutien du Département de la Seine-Saint-Denis. Avec l'aide d'ARCADI.



vendredi 28 mars à 20h30, La Courneuve

NEW SOUNDS OF BRAZIL 

METÁ METÁ + SIBA

en savoir plus


vendredi 28 mars à 20h30

le festival  NEW SOUNDS OF BRAZIL Centre Culturel Jean Houdremont, La Courneuve

METÁ METÁ

Brésil / Débarqués de Sao Paulo, la mégapole qui porte ses racines sur la tête selon le poète Arnaldo Antunès, ce trio passe à son tamis rétro-futuriste les musiques afro-brésiliennes pour inventer une sensationnelle nouvelle mixture.

En yoruba, Metá Metá signifie « trois en même temps ». Le guitariste et principal compositeur Kiko Dinucci, la chanteuse Juçara Marçal et le saxophoniste/flûtiste Thiago França invoquent ainsi, comme une seule entité à la puissance trois, le panthéon syncrétique du candomblé, à la manière des caboclos chevauchant les esprits des orixas, évoquent aussi bien les figures qui ont fait la grandeur du pays-continent, que ce soit les premiers sambistes, les chefs d’½uvre de Baden Powell et Vinicius de Moraes ou les post-tropicalistes. Autant de sources d’aspiration dans lesquelles cette formation emblématique du fourmillement créatif de Sao Paulo puise une vitale énergie, aux confins des transes du jazz libre et des chansons douces-amères d’un folklore imaginaire. Première en France, en formation augmentée, à l’occasion de la sortie de leur album sur le label défricheur Maïs Um Discos.

http://www.soundsandcolours.com/tag/meta-meta/

KIKO DINUCCI guitare, JUÇARA MARÇAL chant, THIAGO FRANÇA saxophone, MARCELO CABRAL basse, SERGIO MACHADO batterie// Photos Metá Metá©Fernando Eduardo.

SOIREE FIP

+

SIBA

Brésil / Produit par Fernando Catatau, le créateur du groupe de rock Cidadão Instigado, le nouvel album de Siba confirme que ce Nordestin suit une voie résolument originale.

Avante! Le titre de son disque (lui aussi publié par Mais Um Discos) est en lui-même un programme. Pas question de faire du surplace pour Siba, musicien soucieux du passé pour mieux se projeter dans le futur. Le Nordestin se fit connaître outre-Atlantique à la tête de Mestre Ambrosio, formation phare du mangue beat. Quinze ans plus tard, après avoir beaucoup ½uvré pour revitaliser la tradition des poètes et chanteurs de son terroir natal, le violoniste déménage pour la mégalopole Sao Paulo, et réenfourche du coup la guitare éclectique, afin de piocher d’autres sons plus urbains, de la rumba congolaise au rock garage, pas moins ancrés dans son ADN. Plus troubadour post tropicaliste que curé traditionaliste. Mais Um !

http://www.musicme.com/Siba/

http://www.soundsandcolours.com/articles/brazil/siba-avante/

SIBA VOIX guitare, LEO GERVASIO tuba, RODRIGO BARBOSA CAÇAPA guitares, ANTÔNIO LOUREIRO batterie, MESTRE NICO percussions// Photos Siba©Talita Miranda.

SOIREE FIP



vendredi 28 mars à 20h30, Villepinte

SALIF KEITA THE ACOUSTIC TOUR

en savoir plus


vendredi 28 mars à 20h30

le festival  Les Espaces V, Villepinte

SALIF KEITA THE ACOUSTIC TOUR

Mali / A bientôt soixante-cinq ans, le Malien demeure une des plus grandes voix du continent Africain. Concert acoustique exceptionnel.

Si l’on se tient à la tradition, Salif Keita n’aurait pas dû faire carrière dans la musique. Oui mais voilà, ce noble Malien a toujours fait comme bon lui chante. Guitariste autodidacte et compositeur bien inspiré, le « Caruso du Mali » s’est fait un prénom sur la scène internationale au début des années 1980 ,avec l’album “Mandjou”. Voila quarante ans qu’il est l’un des ambassadeurs les plus connus de la musique ouest-africaine, cherchant constamment à rénover la tradition mandingue. « Il faut que ça groove, quoi ! Et pour cela il faut faire de la dégation ! Du dégât dans la tradition. » Trêve de « dégation » ? Salif revient à Banlieues Bleues dans une formule très rare, complètement acoustique, épurée comme jamais : une kora, un luth n’goni, deux choristes, soit toute la place pour ses guitares et sa voix incomparable. Comme bon lui chante…

http://www.salifkeita.net/

SALIF KEITA chant, guitares, Ousmane KOUYATE guitare, MAMADOU DIABATE kora, SOULEYMANE KOUYATE goni, Guy NWOGANG percussionniste, KOUYATE BAH et DANTE AMINATA ch½urs// Photos Salif Keita©PriscaLobjoy.

En lever de rideau, PLAYTHELIST ! Avec les choristes des collèges Camille Claudel et Françoise Dolto. Direction et arrangements: Sophie Bernado - guitare : Yoan Fernandez.



samedi 29 mars à 20h30, Pierrefitte-sur-Seine

SOIREE CAP-VERT 

TERRERO BATUQUE DE SANTIAGO + NEUZA

en savoir plus


samedi 29 mars à 20h30

le festival  SOIREE CAP-VERT Maison du Peuple, Pierrefitte-sur-Seine

TERRERO BATUQUE DE SANTIAGO

Cap-Vert / Ch½urs battants, mélodies envoutantes et tambours de pagnes en tissus, le batuque de Santiago a longtemps été réprimé, pour son lien avec les esprits d’Afrique, ses messages et sa danse. Quasi-mort, ce genre a pu renaître de ses cendres avec une nouvelle génération. Entrez dans la transe.

L’exemple le plus frappant de cette renaissance fut la constitution de cet ensemble, baptisé ainsi en référence au « terrero », l’intérieur du cercle, le « territoire » du corps en mouvement. Car le batuque, un rythme spécifique de l’intérieur l’île de Santiago joué par des femmes, désigne autant un genre musical qu’un style de danse. Tout à la fois mélodique et polyrythmique, la musique atteint vite un climax euphorique! C’est le cas avec ce groupe qui, tout en l’adaptant, ne modifie en rien l’essence originelle d’une bande-son, où à mots couverts et percussions voilées, on dénonçait la barbarie coloniale. Un exutoire qui n’est pas sans rappeler la puissance évocatrice de la musique gwo ka ou de la rumba, poétique et magie cap-verdiennes en plus.

NENZALINA GARCIA tchabeta, voix lead, JOANA GARCIA, MARIA RODRIGUES, ELISA GARCIA, IOLANDA MENDES, JACQUELINE RODRIGUES, NELIDA GARCIA, CLAUDIA GARCIA tchabeta,voix// Photo Terrero©Lusafrica

+

NEUZA

Cap-Vert / Le nouvel oiseau rare venu du Cap-Vert, l’archipel de l’immense Césaria Evora. Une voix haut perchée pétrie de saudade, de soleil et de rythmes ensorcelants.

On peut parler de conte de fée tant le parcours de Neuza n’a rien de banal. En quelques mois, la native du Cap-Vert est passée de « chanteuse du dimanche » dans un restaurant de son archipel au rang de nouvel espoir de la musique de son pays, adoubée par le producteur de Césaria Evora, José « Djô » da Silva. Jeune artiste à la voix lumineuse, cette enfant de la volcanique île de Fogo débarque pour la première fois en France pour présenter « Flor Di Bila ». Un disque au carrefour de la joie et de la mélancolie dans lequel elle célèbre allègrement les rythmes de son île. Deux ans après la disparation de la Diva aux pieds nus, le Cap-Vert a trouvé une nouvelle ambassadrice prometteuse.

http://www.lusafrica.fr/4_1.cfm?p=412-neuza

http://myspace.com/neuzaofficial

NEUZA voix, ALBAN CHAPELLE saxophone, CARLOS FERREIRA clavier, OSVALDO DIAS guitare, JOSÉ SOARES cavaquinho, RENATO ALMEIDA basse, CARLOS PARIS MORAIS batterie// Photos Neuza©Dominique Robelin- ©Lusafrica.



lundi 31 mars à 20h30, Pantin

ENSEMBLE ART SONIC + EMILE PARISIEN & VINCENT PEIRANI

en savoir plus


lundi 31 mars à 20h30

le festival  La Dynamo, Pantin

ENSEMBLE ART SONIC

France / Entre B.O. de films imaginaires, bondissements pop et tourbillons expérimentaux, ce quintette de musique de chambre progressive joue sur les illusions sonores comme Méliès jouait sur les effets d’optique.

Quand l’ex-saxophoniste et clarinettiste de Rockingchair pointe le bout de son bec, il faut s’attendre à voir surgir l’ex-flûtiste de l’ONJ (et vice-versa) : dernier « bébé » en date de Sylvain Rifflet et Joce Mienniel, l’Ensemble Art Sonic est né de la volonté des deux complices de sonder l’art (délicat) et les limites (poreuses) de la musique acoustique. Avec une instrumentation peu usitée (flûte, clarinette, hautbois, cor et basson), ce quintette à vent chuchote, s’enflamme, s’envole avec grâce et audace. Biberonné aux « Bagatelles » de Ligeti, voisin du minimalisme de Moondog, héritier de la témérité d’Anthony Braxton, ce « petit » orchestre a tout d’un grand.

http://sylvainrifflet.com/

www.jocemienniel.com

www.drugstoremalone.com

JOCE MIENNIEL flûtes, CÉDRIC CHATELAIN hautbois, cor anglais, SYLVAIN RIFFLET clarinettes, BAPTISTE GERMSER cor, SOPHIE BERNADO basson// Photo Art Sonic@NikolaCindric.

FRANCE MUSIQUE : Concerts diffusés à 23H dans l’émission Le Bleu, la nuit... de Xavier Prévost • EMILE PARISIEN & VINCENT PEIRANI diffusion sam. 12 avril • ENSEMBLE ART SONIC diffusion sam. 19 avril

+

EMILE PARISIEN & VINCENT PEIRANI

France / Dialogue au sommet entre les deux derniers lauréats du Prix Django Reinhardt. Un must de courses-poursuites mélodiques entre une Ferrari de l’accordéon et une Porsche du saxophone.

Daniel Humair est un sacré entremetteur : c’est grâce au batteur suisse que l’accordéoniste Vincent Peirani et le saxophoniste Emile Parisien se sont rencontrés pour ne plus se lâcher. Si leur planning a frisé la surchauffe ces derniers mois (tournée avec Youn Sun Nah pour Vincent, concerts aux côtés de Yaron Herman pour Emile, moult gigs en quartet et en quintet ensemble), il leur fallait « immortaliser » leur complicité unique. C’est à présent chose faite : le binôme fête à Banlieues Bleues la sortie de son premier opus. Un disque d’une intensité rare où ils bâtissent des ambiances irréelles entre valses séraphiques et standards réinventés. Un grand duo est né.

www.vincent-peirani.com

www.inclinaisons.com

ÉMILE PARISIEN saxophone, VINCENT PEIRANI accordéon //Photos V.Peirani©Dean Bennici - E.Parisien©Jazz Rhone-Alpes - Duo Parisien-Peirani©C.Charpenel.

FRANCE MUSIQUE : Concerts diffusés à 23H dans l’émission Le Bleu, la nuit... de Xavier Prévost • EMILE PARISIEN & VINCENT PEIRANI diffusion sam. 12 avril • ENSEMBLE ART SONIC diffusion sam. 19 avril



mardi 01 avril à 20h30, Saint-Ouen

TOUT VA BIEN EN AMÉRIQUE Un essai théâtral et musical de Benoît Delbecq et David Lescot

en savoir plus


mardi 01 avril à 20h30

le festival  Espace 1789, Saint-Ouen

TOUT VA BIEN EN AMÉRIQUE Un essai théâtral et musical de Benoît Delbecq et David Lescot

France, Grande-Bretagne, États-Unis / Gospel à venir, rap de demain et jazz d'après-demain, dans un oratorio hors-norme au casting conséquent, qui regarde autrement l'histoire des Etats-Unis pour en proposer une lecture nettement moins officielle.

« Il s’agit d’un oratorio slammé et chanté s'appuyant sur des textes et greffes historiques. » Benoît Delbecq s’est associé au metteur en scène David Lescot pour élaborer une fresque musicale qui interroge le rêve américain à travers des faits historiques. À leurs côtés, une équipe tout à fait raccord, des cadors qui ont toujours choisi le pari de l’oblique au sens unique : le débatteur Steve Argüelles, le déchanteur D’, le dynamiteur Mike Ladd, le gospel déjanté d’Ursuline Kairson, le guitariste « désaxé » Franco Mannara, la démentielle Irène Jacob, les images détournées d’Eric Verhnes. Autant de promesses de lendemains qui dézinguent les clichés du triomphe made in USA.

http://www.delbecq.net/bd/bd2.html

STEVE ARGUELLES batterie et électronique en temps réel, PAUL BEAUREILLES lumières, D' DE KABAL narration, chant, électronique et personnages multiples, BENOÎT DELBECQ direction musicale, piano, claviers, électronique, chant et narration, SYLVETTE DEQUEST costumes, IRENE JACOB narration, chant, clavier et personnages multiples, URSULINE KAIRSON chant gospel et narration, MIKE LADD slam, narration, claviers et électronique, DAVID LESCOT mise en scène, FRANCO MANNARA guitares, électronique, chant et narration, ERIC VERNHES scénographie, cinéaste, électronique. EQUIPE TECHNIQUE : LINDA BLANCHET assistante à la mise en scène, ÉRIC BLÉVIN régie générale, GÉRALD CALDAS régie lumière, THIERRY COHEN régie son. // Photos Tout va bien en Amérique©Barbara Rigon ©Christophe Raynaud de lage.

La soirée sera suivie d'un échange avec le public.

Une production C.I.C.T. / Théâtre des Bouffes du Nord. Coproduction Les Théâtres de la Ville de Luxembourg, Théâtre de Chelles, le collectif Stratégies Obliques (en résidence au Théâtre de Chelles).



mercredi 02 avril à 20h30, Épinay-sur-Seine

JAIMEO BROWN THE TRANSCENDENCE PROJECT + MEDESKI, MARTIN & WOOD with NELS CLINE

en savoir plus


mercredi 02 avril à 20h30

le festival  PMO / Pôle musical d’Orgemont, Épinay-sur-Seine

JAIMEO BROWN THE TRANSCENDENCE PROJECT

États-Unis / Passionné par les chants spirituels d’une communauté afro-américaine de l’Alabama, ce jeune batteur américain offre un dialogue habité par-delà les siècles et les chapelles musicales.

A la tête d’un trio en suspension avec le guitariste « hendrixien » Chris Scholar et le saxophoniste « coltranien » Jaleel Shaw, Jaimeo Brown transcende les cultures, les époques et les styles dans une communion d’une intensité rare. Obsédé depuis des années par les chants magnétiques des Gee’s Bend Quilters, le batteur américain place les spirituals de ces couturières du Sud des États-Unis au c½ur de son projet « Transcendence ». Autour de samples de ces voix qui traversent les siècles, ce complice de Bobby Hutcherson et Geri Allen a tissé une toile sonore qui marie blues et musique indienne, rock abrasif et gospel fiévreux, tradition acoustique et éclats d’électronique.

jaimeobrown.com

JALEEL SHAW saxophone ténor, CHRIS SHOLAR guitare, JAIMEO BROWN batterie// Photo Jaimeo Brown©DR.

+

MEDESKI, MARTIN & WOOD with NELS CLINE

États-Unis / Sorciers du groove détraqué, le titanesque trio américain renoue avec la six-cordes. En bon invité turbulent, le guitariste de Wilco est là pour faire sortir ses hôtes de leurs gonds !

Et si Medeski Martin & Wood était la plus caféinée des inventions américaines depuis le Coca-Cola ? Fondé il y a plus de vingt ans, ce trio a en plus l’avantage d’être bien moins impérialiste : populaire et avant-gardiste, vintage et ultra moderne, hanté par les esprits jazz et hip-hop comme par le génie de la funk, MMW est un autel cinq étoiles dédié à l’hybridation. Et depuis toujours, le combo a la guitare qui le démange. Après John Scofield et Marc Ribot, le voici qui s’allie à un nouvel héraut de la six-cordes, Nels Cline. Avec cet acolyte de Tim Berne comme de Sonic Youth, le trio repousse toujours plus loin les limites illimitées de son groove démantibulé.

www.mmw.net

nelscline.com/

JOHN MEDESKI orgue hammond, clavinet, fender rhodes, mellotron, CHRIS WOOD guitare, basse, BILLY MARTIN batterie, NELS CLINE guitare// Photos Medeski, Martin & Wood©DR - Nels Cline©Peter Gannushkin.



jeudi 03 avril à 20h30, Stains

ANDY EMLER - THOMAS DE POURQUERY DUO

en savoir plus


jeudi 03 avril à 20h30

le festival  Auditorium Xenakis - École de musique de Stains, Stains

ANDY EMLER - THOMAS DE POURQUERY DUO

France / Le tête-à-tête dévergondé et sans filet de deux funambules du MegaOctet. L’art de profiter du moment présent poussé à son paroxysme. Un piano, une voix, un saxophone et une myriade de possibilités.

Une joute musicale entre Andy Emler et Thomas de Pourquery a tout de la fête éphémère : pas de disque, pas de répertoire précis, pas de set-list fixée dans le marbre. Juste des (belles) humeurs, des envies et des histoires d’un soir. Même leur première en duo a surgi (presque) par hasard un beau jour de 2008. Complices du plantureux MegaOctet, le pianiste et le saxophoniste-chanteur partagent l’amour des grands écarts stylistiques, de la chanson la plus populaire au jazz le plus libéré. Dans leurs mano a mano imprévus, tout peut arriver : du Claude Nougaro ou du Pierre Desproges, de la composition spontanée ou des standards détraqués, du rire ou des larmes.

www.andyemler.eu

www.thomasdepourquery.com

ANDY EMLER piano,THOMAS DE POURQUERY saxophone, chant// Photo Andy Emler - Thomas de Pourquery©Fabrice Journo.



jeudi 03 avril à 20h30, Gonesse

SETENTA + ROBERTO FONSECA YO

en savoir plus


jeudi 03 avril à 20h30

le festival  salle Jacques Brel, Gonesse

SETENTA

France / Funky tumbao et Latin piece of soul ! Pas de doute, ces Parigots ont l’air de vrais "Nuevayorkinos".

Depuis 2006, ils font bel et bien suer les pistes parisiennes avec leurs effusions latin soul entre funk, jazz et hip-hop. Soit un groove en version latine, dont témoignent deux excellentes galettes sur l’esthète label Hot Casa : les bien-nommées « Funky Tumbao » et « Latin Piece Of Soul ». Au programme de cette dernière, on trouve des pépites comme « Guapeta », une salsa autrement épicée, et « Smells Like Teen Spirit » de Nirvana, en mode boogaloo-funk… Quant à « Woo Hah ! I Got You All In Check », classique du rappeur Busta Rhymes, il est tropicalisé à satiété, histoire de muter en « electro » mambo, sans oublier le terrible « Ije Soul », hymne sixties du Nigerian Orlando Julius, versant latin funk.

www.setenta.fr

OSMAN JR voix, LAURENT GUILLET guitare, FABIEN HILY congas, voix, TCHOUBINE COLIN timbales, voix, FLORIAN PELLISSIER rhodes, clavinet, claviers, VIRGILE RAFFAËLLI basse, JULIEN GOEPP batterie// Photo Setenta©DR.

SOIREE FIP

+

ROBERTO FONSECA YO

Cuba, Mali / L’étoile cubaine du piano affirme toujours plus haut et plus fort les racines africaines de sa musique métissée et se fait dealer de sensations fortes.

Son dernier album, « Yo », claque comme une puissante déclaration d’intention : « je suis moi ! ». Celui qui a tout appris au contact des légendes Ibrahim Ferrer ou Omara Portuondo, se sent à présent assez fort pour sortir de la case de « phénomène cubain » dans laquelle on l’avait installé depuis ses débuts fracassants au Jazz Plaza Festival de la Havane. Plus de vingt ans après ses débuts sur scène (à 16 ans) , l’ex-pianiste du Buena Vista Social Club fait son « coming out » d’influences. Transe africaine, inflexions brésiliennes, limpidité à la Keith Jarrett, incursions dans le hip-hop subtil : Roberto Fonseca ne s’interdit aucun « écart », au contraire, il les provoque avec une maestria emballante.

www.robertofonseca.com/fr

ROBERTO FONSECA piano, claviers, voix, CHERIF SOUMANO kora, tama, YANDI MARTÍNEZ basse, contrebasse, RAMSÉS RODRÍGUEZ batterie, JOEL HIERREZUELO percussions cubaines, ch½urs// Photos Roberto Fonseca©Carlos Pericas.

SOIREE FIP