tarifs/abonnements
newsletter
recherche

Le 32ème festival Banlieues Bleues va éclore pile avec le printemps, en une profusion de concerts déployant certaines des variétés les plus précieuses de la jungle musicale, de ses racines les plus fertiles jusqu'à ses fleurs les plus insoupçonnées. La programmation, s'obstine à mettre en lumière la haute qualité et créativité artistiques, à cultiver la curiosité et la diversité musicales, tout en pratiquant une ouverture toujours plus large aux sons et au monde : jazz dans tous ses (nouveaux) états, transes réinventées et électrifiées, blues ou néo-blues afro-américains ou africains, soul et techno revisitées, cordes remixées, gamelan post-rock, et en version originale, rap (sénégalais), rock (du désert), roots & reggae…


Deux phalanges iconiques de l'histoire du jazz ouvriront le festival, le phénoménal Sun Râ Centennial Arkestra dirigé de sax de maître par l'indestructible Marshall Allen, précédé d'un All Stars new-yorkais célébrant le label culte Strata-East dirigé par ses fondateurs Charles Tolliver et Stanley Cowell. L'histoire du jazz surgira aussi par quelques biais inattendus, tels l'hommage à Nat King Cole du chanteur pop folk Hugh Coltman ou encore l'Umlaut Big Band, composé de jeunes pousses incontournables de la scène jazz hexagonale revisitant avec classe le swing-dance des années 30 tendance Ellington.


Le jazz fera la preuve de son éclectisme, son goût de la rencontre et son sens de l'hospitalité, avec le batteur britannique Dylan Howe rejouant en quartette la période berlinoise de David Bowie, l'Infinity Quartet de David Murray accueillant le poète et slameur Saul Williams, l'Electric Epic du saxophoniste Guillaume Perret, la chanteuse Cecile McLorin Salvant invitant l'accordéoniste Vincent Peirani, la cohorte d'improvisateurs réunis par Guigou Chenevier autour du gamelan javanais de Balungan, les Rhythms of Resistance de la flûtiste Naïssam Jalal, la chanteuse tunisienne Dorsaf Hamdani faisant dialoguer les divas Barbara et Fairouz sous la houlette de l'accordéoniste Daniel Mille, le Birds Requiem de Dhafer Youssef, le VoxXL du bassiste Hubert Dupont invitant le rap de Mike Ladd et le tassou sénégalais d'Ibrahima Diassé


Résolument tournée vers le futur, la nouvelle scène française et européenne tient une bonne part de l'affiche avec plusieurs événements particulièrement originaux. Les créations "White Desert Orchestra" (tentette de la pianiste Eve Risser restituant le son du vide des grands canyons de l'Arizona avec un chœur de cent chanteurs amateurs), "Brazil Mash Up" (dispositif immersif imaginé par le collectif COAX -en résidence à La Dynamo de Banlieues Bleues- alliant musique live, vidéo et réalité virtuelle), et nombre de petits ou grands ensembles hyper-créatifs qui inventent les nouvelles formes d'aujourd'hui et de demain : le Magnetic Ensemble, l'ONJ d'Olivier Benoit "Europa : Berlin", l'Ensemble Art Sonic, le trio Tournesol, la chanteuse Ala.Ni, le quartette Vegan Dallas… Après une première soirée événement en 2012, Banlieues Bleues réinvite Punkt, le concept lui aussi futuriste imaginé par les Norvégiens Jan Bang et Erik Honoré : face A, le concert en bonne et due forme, face B, son live remix qui lui succède sur scène. Ce passionnant dispositif, devenu un must dans le milieu créatif de la musique, se prolongera trois soirs de suite à La Dynamo de Banlieues Bleues (et ailleurs à Pantin), avec 10 plateaux différents, dont le duo Sidsel Endresen-Stian Westerhus, le quartette à cordes Zapp4, Per Martinsen a.k.a. Mental Overdrive, Nils Petter Molvaer, le Magnetic Ensemble, Audun Kleive...


Aucune édition de Banlieues Bleues ne saurait se passer de musiques africaines, encore moins au moment où elles connaissent une effervescence, une vitalité et une modernité spectaculaires. Une nouvelle génération s'impose au Mali -Samba Touré, Songhoy Blues-, la Mauritanienne Noura Mint Seymali et le Nigérien Mdou Moctar sont les révélations d'un incroyable rock du désert, le Guinéen Moh ! Kouyaté gagne ses lettres de noblesses dans le blues -en première partie de Lucky Peterson- pendant que le Camerounais Blick Bassy crée un nouveau répertoire inspiré par Skip James.


Et où trouve-t-on les rappeurs les plus inventifs, les plus musicaux, et les plus engagés, socialement et politiquement, du moment ? Dans les banlieues de Dakar, d'où Fou Malade et Bat'Haillons Blin-D, le Journal rappé de Xuman & Keyti et le précurseur Matador, nouveaux hérauts de la jeunesse sénégalaise, viendront démontrer la force et la pertinence de la jeune culture urbaine africaine. Ces derniers seront l'un des fers de lance des Actions musicales, le vaste dispositif d'ateliers et de projets artistiques que Banlieues Bleues mène avec les artistes invités en direction des publics de Seine-Saint-Denis, notamment les jeunes.


La 32ème édition de Banlieues Bleues achèvera de faire passer nos oreilles par toute les couleurs avec deux soirées-événement, l'une consacrée au Reggae Roots avec deux noms mythiques du genre, les britanniques Black Roots et Mr Rocksteady en personne, Ken Boothe (TBC), l'autre –la clôture, le 17 avril- avec les as de la samba et de la fête Roda Do Cavaco, avant de laisser le dernier mot à une figure cruciale de la musique brésilienne depuis 50 ans, le pianiste João Donato.


Vivement le printemps !



Xavier Lemettre
Directeur de Banlieues Bleues