tarifs/abonnements
newsletter
recherche

La voilà, la 33e galette Banlieues Bleues, trente-trois tours pour le bonheur des amateurs de très bons sons. Une nouvelle édition collector, sans frontières, sans oeillères, qui met en lumière celles et ceux qui fabriquent la musique d'aujourd'hui et de demain, avec un éclat qui fait pâlir les vieilles étiquettes. Une sélection longue durée - 42 groupes - qui regorge de vedettes comme de découvertes.


Certains trésors sont inusables : les grands standards du jazz vocal Broad Ways par Thomas de Pourquery et le Red Star Orchestra, le rock si soul de Meshell Ndegeocello, les chauds calypsos de Calypso Rose, les sommets latin-jazz d'Irakere avec Chucho Valdés, les plus belles mélodies du cinéma de David Krakauer, les folles gammes jazz et manouche de Biréli Lagrène, l'âge d'or du swing recréé par l'Umlaut Big Band.


Côté rééditions inespérées, débarquent des références cultes du funk afro et créole : les Vikings de la Guadeloupe, le génial Danialou Sagbohan, le « James Brown de Lomé » Roger Damawuzan avec Vaudou Game. Au rayon des nouvelles versions, aucune nostalgie : Supersonic Play Sun Ra, Francesco Bearzatti honore Woody Guthrie, King Biscuit et Matthias Lehman redessinent Alan Lomax.


Les révélations sont fortes en émotions : ALA.NI et sa voix au doux grain de vinyle, Rocìo Márquez qui chamboule le flamenco, les envolées de Bachar Mar-Khalifé, les polyphonies free de Matana Roberts, la folk magique d'Oba Loba, Whahay, Tiganá Santana... Triomphante, la nouvelle génération tourne rond : Airelle Besson, Joce Mienniel, Antonin-Tri Hoang, spéciale dédicace à Ornette Coleman, Sylvaine Hélary, le tentette de Joëlle Léandre... Et les enfants du jazz inventent de nouveaux sons : United Vibrations, The Comet Is Coming, Sons of Kemet, Helved Rüm, Sillon...


Pour le dancefloor, c'est Ballroom à la Dynamo : rumba-rap-boombap avec Baloji, néo-funky-soul avec Leron Thomas, charleston pour Umlaut, club berlinois pour Parquet. Quant aux remixes, ils sont ahurissants : l'arabo-break-beat de Rayess Bek & La Mirza, l'électro-klezmer d'Anakronic / Krakauer, sans parler du cocktail Caribbean Roots d'Anthony Joseph, du scratch-beatbox de Sorg & Napoleon Maddox et d'un final techno-kizomba : Batida !


En bonus spécial, le Cartoons du Sacre du Tympan fête l'univers musical des dessins animés et des jeux vidéo, pour les petits, et les grands aussi.


Est-ce seulement de musique qu'il s'agit ? Autour des concerts, les Actions Musicales creusent le sillon, mélangeant les artistes et tous les publics au sein d'ateliers, de rencontres, d'aventures humaines, de projets artistiques, de grands paris dans nos villes de banlieue.


La pochette est signée Blutch, inspiré par la fantaisie du calypso. Face A, face B, faites vos découvertes, choisissez vos tubes, cet album imaginaire est une promesse choc, à vivre pleinement, comme l'un des meilleurs boucliers à l'actuelle morosité. à consommer d'urgence, sans aucune modération.



Xavier Lemettre
Directeur de Banlieues Bleues